L’occident malade de sa médecine

Pollutions, coûts, effets indésirables...
 
  • dimanche 14 janvier 2018.
  • La santé est une forte préoccupation dans toutes les sociétés et notamment la nôtre, qui a cru voir dans les « progrès de la médecine » l’avenir d’un monde sans maladies. Ce mythe est le fruit d’une longévité qui s’est améliorée tout au long du XX e siècle grâce essentiellement aux progrès de nos conditions de vie, fruits surtout de perfectionnements techniques. De nombreuses maladies infectieuses ont été jugulées par les antibiotiques et les vaccinations ont voulu faire croire à leur éradication.

    Si certains aspects de cette amélioration sont incontestables, nous verrons que les moyens mis en œuvre ne sont pas toujours en rapport avec les résultats visibles. De plus, si la médecine avait amélioré véritablement notre santé, il y aurait moins de malades. Or nous observons le contraire : plus de malades, de maladies et de consommation médicamenteuse ! Les progrès médicaux régulièrement annoncés sont très illusoires. Les pollutions générées par les rejets médicamenteux, les coûts exorbitants et les effets médiocres devraient nous inciter à réorienter nos pratiques médicales vers des démarches plus respectueuses de la vie, moins toxiques, moins coûteuses et plus humanistes.

    Contact presse : Inès Zellama, 09 67 33 61 60, contactpresse@libre-solidaire.net

    Libre & Solidaire
    19 rue Ballu
    75009 Paris
    01 48 74 15 25

    Le livre est déjà disponible sur le site de l’éditeur

    Un article du site : Pour une médecine écologique
    http://www.medecine-ecologique.info/article.php3?id_article=212