Censure scientifique

 
  • lundi 17 novembre 2008.
  • Je viens d’apprendre que Jean-Jacques Crèvecoeur qui s’apprêtait à faire une conférence sur la vie et l’œuvre du Dr. Hamer venait de se voir refuser l’accès à une salle qu’il a pourtant payée.

    Cet évènement n’est pas très surprenant car il traine dans le sillage de ce médecin une réputation sulfureuse. Il a d’ailleurs été condamné à trois ans de prison et extradé d’Espagne pour être emprisonné en France dans des conditions de droit très contestables.

    J’avoue ne pas bien connaître les théories du Dr. Hamer sinon qu’il attribue les causes des maladies à des origines psycho-émotionnelles qu’il a pu systématiser.

    Malgré cela, plusieurs choses me dérangent spontanément dans son travail :

    *- l’origine exclusivement émotionnelle des cancers me parait trop univoque pour être acceptable. Il existe certainement d’autres causes possibles, en particulier toxiques, alimentaires, vibratoires ou même simplement accidentelles pour n’en accepter qu’une seule.

    *- le nom qu’il a donné à sa pratique : "Nouvelle médecine germanique" rappelle de mauvais souvenirs. Si c’est involontaire, c’est particulièrement maladroit.

    Enfin, si sa propre histoire, douloureuse, ainsi que sa façon de traiter sa communication scientifique ont rendu certains de ses discours fort peu sympathiques, on ne doit pas réduire son travail à cela.

    Il semble qu’au delà du personnage, il y ait des aspects médicaux très intéressants à étudier. Faute d’avoir étudié ses recherches il est actuellement impossible de se faire une idée exacte de l’intérêt de ses travaux.

    Le problème est que, en France, quand on veut se débarrasser de quelqu’un, on l’accuse de faire parti d’un mouvement sectaire ou, pire encore, d’en être à l’origine. Pour le Dr.Hamer, l’argument n’a pas manqué d’être utilisé. Ce type d’accusation calomnieuse est absolument merveilleux puisqu’il n’a pas besoin d’être démontré. Comme dans toute forme de calomnie ou de rumeur, que l’on se défende ou pas, le résultat est le même : on est coupable !

    Alors les politiques disposent d’un moyen formidable pour refuser tout ce qu’il considèrent comme une publicité pour un mouvement sectaire. On interdit des réunions, on prive des associations de subventions, etc.

    Les Verts, qui se présentent volontiers comme libertaires, n’échappent pas à cette façon d’agir. J’en est fait régulièrement l’expérience quand j’étais membre de la commission santé des Verts, où régulièrement, cet argument était resservi chaque fois qu’on évoquait des traitements susceptibles de choquer les nombreux médecins conventionnels présents dans cette docte institution.

    C’est, une fois de plus, ce qui c’est passé à Montreuil où Dominique Voynet, maire Vert de la ville, a pris la décision d’interdire la conférence de Jean-Jacques Crèvecoeur le 16 novembre 2008.

    Au fait, j’oubliais un détail, Dominique Voynet est médecin !

    Un article du site : Pour une médecine écologique
    http://www.medecine-ecologique.info/article.php3?id_article=107