ACCUEIL >> Association Sun Simiao  >>Accidents liés aux plantes chinoises
Sur le Web
Commentaire fourni par Olivier Duché, pharmacien, spécialiste en médecine chinoise
Accidents liés aux plantes chinoises

dimanche 8 novembre 2020 , par Christian Portal


Préambule

Tout d’abord il faut préciser que les remarques formulées dans ce document sont relatives aux cas d’intoxication par des plantes chinoises prescrites par des médecins dans une clinique médicale en Belgique, pour faire maigrir des patientes. Le même type d’accident s’est produit en France mais l’étude a été sans doute moins approfondie mais en tous les cas moins communiquée.
Nous considérerons les remarques formulées dans ce document comme applicables aux cas français d’intoxication par les mêmes plantes.

 Rappel des faits

Deux personnes de sexe féminin de 42 et 46 ans se sont vu prescrire dans le cadre d’un traitement amaigrissant une préparation dans laquelle figurait deux plantes appartenant à la pharmacopée chinoise (Stéphania tetrandra et Magnolia officinalis) ainsi que d’autres produits (acétazolamine, poudre de belladone, poudre de pancréas, de lamaria, de fucus, et de cascara).

Ce traitement a duré 11 mois pour la première de ces personnes et 18 mois pour l’autre.
Quelques années après, ces personnes ont dus être dialysées pour insuffisance rénale sévère et ont développé un cancer du rein.

Les autres cas apparus depuis en France, suivront toujours selon le même schéma.
Apres enquête sur les agents pouvant être responsabl de ces pathologies, une des plantes chinoises a été suspectée il s’agissait de (Stéphania tetrandra, HAN FANG JI) mais en fait cette plante aurait été substituée par inadvertance par une autre plante chinoise (Aristolochia fangchi GUANG FANG JI) contenant des substances néphrotoxiques.

 Commentaires

  • Utilisation non traditionnelle des produits (c’est à dire non conforme aux recommandations des pharmacopées traditionnelles) c’est-à-dire entre autre, non incorporée dans une formule traditionnelle savamment dosée.
  • Mauvais choix des plantes utilisées en fonction d’un diagnostic en médecine chinoise traditionnelle (ici cas chronique de faiblesse et non pas cas aigu et avec plénitude) et non respect des précautions d’emploi des produits dépendant directement de ce diagnostic traditionnel.
  • Mélange réalisé avec d’autres substances chimiques risquant de potentialiser un effet toxique.
  • Durée de prescription beaucoup trop importante avec des doses trop élevées.
  • Utilisation de la plante sous une forme (poudre cryogénée) risquant de détériorer celle-ci en faisant apparaître des substances et des effets indésirables et non connus dans la pharmacopée traditionnelle.
  • Difficultés pour l’industrie pharmaceutique de rentrer dans un secteur quelle connaît culturellement très mal et d’y être performante (du fait de la non acceptation par le système en place de la culture nécessaire à la réalisation de cette performance).
  • Non surveillance régulière des malades confrontés à ce traitement.

Ce qui doit conduire à s’interdire d’utiliser un produit issu de connaissances médicales, physiologiques et pharmacologiques qui ne sont pas maîtrisées par le système thérapeutique.

 Conclusion

On s’aperçoit ici qu’utiliser des éléments d’une médecine sans suivre les règles de celle ci, peut s’avérer dangereux. Les règles établies par un système médical doivent être respectées dans leur intégralité (par exemple : la formation des personnels, l’établissement et présentation du diagnostic, respect des méthodes de traitement existantes nécessitant par exemple la connaissance et l’utilisation correcte des produits de la pharmacopée correspondante......etc.


Commentaire de Christian Portal

Cet article a pour but de corriger les interprétations qui ont tendance à faire peser la responsabilité d’accidents pharmacologiques sur les « thérapeutiques non éprouvées », alors le problème réside à deux niveaux :

  1. Quand sont associés, volontairement ou non, des produits appartenant à deux pharmacopées, on incrimine toujours celle qui appartient au domaine non conventionnel, même si c’est le cas souvent, elle est la plus ancienne.
  • le cas du millepertuis est exemplaire, quand on le considère responsable des accidents quand il est en présence de certains médicaments de synthèse. Or c’est seulement l’association qui pose problème, et ce devrait être en principe, le produit le plus nouveau ou le plus synthétique qui devrait être en cause et s’adapter et non le contraire.
  • On voit ainsi la pervertion de l’esprit qui amène, hélas en toute bonne foi, à penser que les pharmacopées traditionnelles représentent un danger.
  1. le deuxième niveau concerne le corps du texte d’Olivier Duché, c’est-à-dire la connaissance approfondie des pharmacopées traditionnelles, négligées par une société mercantile et matérialiste. Cette société veut éradiquer les racines de ses savoirs, en mettant de côté la spiritualité qui les a fondés et s’appuyant sur un réductionnisme scientifique qui fût la marque de la deuxième moitié du 20e siècle, et qui reste en médecine toujours d’actualité.
Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article


Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 A quand les indignés de l’art médical ?
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Prochain évènements Automne 2016
 Images de cristallisations sensibles maison
 Le dernier livre de Claire Séverac
 Vaccins, des preuves ou des croyances !
 L’occident malade de sa médecine
 La médecine intégrative : un fourre-tout qui déprécie les alternatives médicales.
 Entretien pour TV78
 Erreurs médicales : origine conjoncturelle ou structurelle ?
 Nous ne sommes pas en guerre !
 Coronavirus, ou comment s’en débarrasser ?
 Accueil
 Présentation
 Cuisine et diététique chinoises
 Entretien avec Jerry Alan Johnson (Spécialiste Qigong)
 1 - Qigong de l’arbre
 2 - Qigong « Hommage aux étoiles »
 3 - Qigong des cent merveilles
 4 - Qigong du dragon rouge
 5 - Qigong du cavalier
 6 - Qigong de la paix intérieure
 7 - Massage des trois trésors
 8 - Qigong du Guerrier
 Les conseils du Pr. LEUNG KOK YUEN
 Les méthodes pour nourrir la vie
 Enseignement d’un sage indien
 Médecine, humanisme et tradition
 Virus et bactéries en partie responsables de l’obésité ?
 Polémique sur l’ulcère à l’estomac
 Position maternelle de l’accouchement
 Grippe aviaire
 Grippe et Tamiflu°
 MTC et chimiothérapie
 Codex alimentarius
 A propos du classement sur les maladies nosocomiales
 Les médicaments en 2005 : « Trop peu de progrès »
 Vaccins et autisme
 Contamination des vaccins
 Les dommages liés à la vaccination
 Informations contradictoires (grippe aviaire et grippe humaine)
 Grippe espagnole
 Proposition de Paul Lannoye
 Conflits d’intérêts
 Il n’y a pas une médecine, mais des médecines
 Ecologie et approche causale des systèmes
 Syndrome de l’huile toxique
 1999-L’esprit des plantes
 1999-Dossier Monsanto (L’écologiste)
 2001-Faut-il tuer tous les microbes ?
 Dossier vaccinations
 Dossier santé publique
 Dossier cancer
 Dossier traitements
 Dossier amalgames dentaires
 Dossier Beljanski
 Dossier Médecines non conventionnelles
 Dossier justice
 Dossier médicaments
 Dossier Sida
 Dossier environnement
 Comment se procurer mes derniers livres

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  

retour au sommaire