ACCUEIL >> Association Sun Simiao  >>Codex alimentarius
Sur le Web
Codex alimentarius

dimanche 8 novembre 2020 , par Christian Portal


Aux sources du Codex Alimentarius, l’histoire inconnue de la naissance du Trust Mondial de la pharmaco-chimie.

Sources : journal MORPHEUS (www.morpheus.fr)

EXTRAITS

Origines de la pharmaco-chimie :

Aux environs de 1860 « Old Bill » Rockefeller, marchand forain de spécialité pharmaceutique, vendait des flacons de pétrole brut aux paysans naïfs, leur faisant croire que c’était un traitement contre le cancer. Il appelait son pétrole brut en flacon : Nujol (New Oil, nouvelle huile). L’affaire était prospère, il achetait une fiole de pétrole brut de 30 grammes à la Standard Oil, pour 21 cents et la revendait 2 dollars. Très peu cultivé peu scrupuleux, sans connaissance ou formation médicale avec quelques notions de comptabilité et une avidité féroce, il sut s’imposer. Le Nujol fut baptisé « cure contre la constipation » et fut largement commercialisé.

Cependant des médecins découvrirent que le Nujol était nocif et provoquait des maladies graves, éliminant les vitamines liposolubles du corps. La Standard Oil lutta contre la chute des ventes en ajoutant du carotène au pétrole brut pour parer à toute carence.

L’Empire Rockefeller s’est construit grâce à cette formidable supercherie qui consiste à faire ingérer un dérivé de pétrole brut enrichie en carotène, aux populations. C’est ainsi que les fondations de l’industrie pharmaco-chimique furent posées. Nous sommes bien loin des fondements des médecines chinoise, tibétaine, védique ou perse.

(...)

En 1948, le chiffre d’affaire annuel de la Rockefeller s’élevait à 10 milliards de dollars.

Rockefeller et IG Farben

Le trust de la pharmaco-chimie tel que nous le connaissons fut conçu par une association de la Rockefeller avec IG Farben de l’Allemagne nazie. La Standard Oil détenue alors par John D. Rockefeller prit une participation de 15 % dans ce nouveau trust germano-américain en 1939. L’industrie IG Farben en Allemagne ne fut pas bombardée pour préserver les intérêts de la Rockefeller. Dès 1932, l’industrie phamaco-chimique IG Farben finança Adolf Hitler, à hauteur de 400.000 Deutsch Mark, sans ce soutien selon le tribunal de Nuremberg « la deuxième guerre mondiale n’aurait pas pu avoir lieu... ».

(...)

IG Farben et le Codex
La « tradition » du cartel de IG Farben s’est poursuivie sous un nouveau nom : Association de l’Industrie Chimique. EN 1955, l’industrie chimique pharmaceutique mondiale s’est regroupée sous les auspices de la Chambre de Commerce Internationale des Nations Unies et du gouvernement allemand. Leurs efforts communs furent camouflés sous le nom de code CODEX ALIMENTARIUS. Un grand nombre de partis politiques européens dits de droite et de gauche furent financés par cette industrie pour assurer des législations favorables à l’industrie pharmaceutique.

Objectifs du Codex

Le Codex Alimentarius entend mettre hors la loi toute information alternative de santé en rapport avec les vitamines, les thérapies naturelles, les compléments alimentaires et tout ce qui constitue de près ou de loin un concurrent potentiel. L’état d’esprit qui préside à la mondialisation pharmaco-chimique explique en grande partie la destruction systématique de tous les novateurs scientifiques indépendants depuis 50 ans. Cette industrie emploie tous les moyens pour garder ses parts de marché en matière de cancer, sida, maladies cardio-vasculaires, etc... Nous sommes en mesure depuis des décennies de soigner et de guérir dans bien des cas toutes ces maladies, mais de puissants procédés de désinformation sont en place pour cacher ces vérités.

Le Docteur Rath dénonce cette situation en ces termes : « La vraie nature de l’industrie pharmaceutique (mondiale » est de gagner de l’argent avec les maladies chroniques, et non point de s’occuper de la prévention ou de l’éradication des maladies... L’industrie pharmaceutique a un intérêt financier direct à ce que les maladies perdurent afin d’assurer la croissance du marché des médicaments. C’est pour cela que les médicaments sont conçus pour soulager les symptômes et NON pour traiter les causes des maladies... Les trusts pharmaceutiques sont responsables d’un génocide disséminé permanent, tuant des millions de personnes... ».

Le Codex mis en accusation.

Une légion de lobbyistes pharmaceutiques est employée pour influencer les législateurs, pour contrôler les organismes de réglementation, pour manipuler la recherche médicale et l’éducation. L’information des médecins est intégralement financée par ces trusts qui cachent soigneusement un grand nombre d’effets secondaires dangereux, voire mortels en les reniant publiquement. Après avoir établi la genèse de ces crimes en col blanc et prouvé la responsabilité des industries pharmaceutiques concernant la mise en place d’une politique mondiale de génocide disséminé, le Dr Rath a remis un acte d’accusation pour crime contre l’humanité à la Cour Internationale de Justice de la Haye, le 14 juin 2003.

438 millions de pétitions au Parlement Européen

Le 13 mars 2002 nos euro-députés adoptèrent des lois en faveur de l’industrie pharmaceutique, fixées par des dispositions du Codex Alimentarius visant à élaborer une réglementation coercitive pour toutes les thérapies naturelles et suppléments alimentaires. Une manière détournée de détruire des concurrents pour prendre des parts de marché, car la santé se vend et s’achète.

Une fronde citoyenne de 438 millions de pétitions inonda pourtant les messageries des euro-députés à tel point, que les communications internes en furent bloquées. Malgré près d’un demi milliard de pétitions, les directives du Codex Alimentarius furent adoptées. Ce vote fut un véritable déni de démocratie augurant de futures difficultés pour la construction de l’Europe.

Application des directives du codex Alimentarius

A partir de juillet 2005 les directives du Codex Alimentarius nommées Directive Européenne sur les Suppléments Alimentaires doivent être appliquées sous peine de sanctions financières. En quoi consistent-elles ?

Il s’agit de supprimer tout supplément alimentaire naturel. Tous seront remplacés par 2 produits de synthèse pharmaceutique à bas dosage (car toxique) et seront uniquement disponibles en pharmacie sous prescription médicale.

  1. Les médecines naturelles telles que l’acuponcture, la médecine énergétique, ayurvédique, tibétaine, etc. se verront progressivement interdites.
  2. L’agriculture et l’alimentation animale se verront réglementées selon les normes du complexe pharmaco-chimique, interdisant du même coup l’agriculture dite bio-dynamique.
  3. L’alimentation humaine certifiée légale devra être irradiée (au cobalt).
  4. Le Codex Alimentarius contrôlera l’accès aux acides aminés essentiels, les huiles de poisson, les vitamines et les minéraux.

L’élargissement des contrôles opérera progressivement mettant à mal toutes les médecines alternatives, ancestrales ou naturelles.

L’heure de la solidarité

Le NON massif à la constitution européenne est aussi un non au Codex Alimentarius, organe de propagande du complexe pharmaco-chimique qui vise le monopole mondial le plus despotique que nous n’ayons jamais connu. Ne pas prendre en compte l’opinion de centaines de millions de citoyens est une très grave inconséquence de la part de nos hommes politiques. Des centaines de millions de citoyens à travers le monde n’entendent pas laisser des médecines naturelles millénaires être interdites pour les parts de marché de la pseudo-science pharmaco-chimique.

Dangers de la pharmaco-chimie

Tous les ans, 800.000 personnes meurent en Amérique du Nord sur prescriptions médicales allopathiques. La pharmaco-chimie tue beaucoup plus qu’elle ne soigne. Un rapport de l’Onu affirme d’ailleurs que sur 205.000 médicaments de ces industries seuls 26 sont indispensables. Parmi ces 26, seulement 9 devraient bénéficier d’une priorité absolue. Si l’ont a recours aux médecines chinoise, perse et indienne ces 9 composés chimiques ne sont de presque aucune utilité. Autant dire que sans pharmaco-chimie le monde se porterait beaucoup mieux.

Résistance internationale au Codex Alimentarius

  • L’Afrique du Sud a affirmé qu’elle ne se conformerait pas aux directives du Codex Alimentarius. Le Ministre de la Santé Manto Tshabalala-Msimang a déclaré que son pays est en désaccord avec cette dichotomie entre médecine naturelle et médecine allopathique. Selon ses conclusions, ces dispositions visent à faire de l’argent à partir de remèdes brevetés et ainsi à discréditer l’usage de produits naturels.
  • L’Inde ne se conformera pas aux directives du Codex Alimentarius car il a fait la promotion de formules pour bébés contenant des ingrédients chimiquesz causant une inflammation destructric e du cerv eau chez les bébé sensibles. Le délégué indien chargé de plaider l’affaire auprès du Codex a été ignoré et lorsqu’il insista pour un débat, il fut expulsé de la chambre.
  • L’association des médecins et des chirurgiens américains a exprimé son opposition au Codex afin d’avoir recours à des remèdes naturels.
  • Au Royaume Uni, les médecins exerçant des médecines naturelles, supportés par des membres de la Chambre des Lords se sont fermement opposés à la politique pro-Codex de Tony Blair. Ce dernier est taxé d’hypocrisie puisqu’il a été révélé publiqueme’nt qu’il utilise pour sa famille des remèdes naturels, des compléments alimentaires et l’homéopathie. Tony Blair est Président de l’Union Européenne précisément depuis le 1er juillet 2005, jour d’application des directives du Codex.

Deux idéologies opposées

Nous assistons à un bras de fer entre deux conceptions du monde. D’une part l’idéologie « Rockefeller » dont l’unique objectif est de vendre sans scrupule, d’asseoir une hégémonie et un pouvoir mondial. Breveter le vivant, tout refaire en molécules synthétiques, nier toute médecine autre que la pharmaco-chimie, c’est l’idée de progrès affiché par tous les Trusts. Le Codex Alimentarius croit pouvoir nier l’opinion des peuples car il pense pouvoir modeler les masses à son gré.

D’autre part, il existe les vrais biologistes, les authentiques médecins, les vrais thérapeutes ou chercheurs souvent violentés par l’arrogance du Cartel pharmaco-chimique. Ils ont établi le concept de bio-individualité fondée sur la liberté du choix thérapeutique des patients. Cette conception suscite chez le patient l’esprit de recherche personnelle, offre des alternatives dans la manière de se soigner. Cette approche s’adapte au patient plutôt que d’imposer un protocole thérapeutique de masse non individualisé. La maladie a une connotation spécifique dans la vie d’un individu, ne pas en tenir compte c’est ramener l’homme au rang de machine physico-chimique. Or l’homme est beaucoup plus que cela.

Au-delà de toutes ces considérations, nous sommes en face de deux conceptions de l’homme, d’un côté l’homme robot, rouage au service d’un système, et l’homme holistique reflet micro-cosmique de l’univers entier.

Gandhi disait à propos des occidentaux : « l’homme blanc ne vit pas, il fonctionne ». Aujourd’hui, le choix nous est donné de vivre au lieu de fonctionner.

Frédéric Morin

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article


Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 A quand les indignés de l’art médical ?
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Prochain évènements Automne 2016
 Images de cristallisations sensibles maison
 Le dernier livre de Claire Séverac
 Vaccins, des preuves ou des croyances !
 L’occident malade de sa médecine
 La médecine intégrative : un fourre-tout qui déprécie les alternatives médicales.
 Entretien pour TV78
 Erreurs médicales : origine conjoncturelle ou structurelle ?
 Nous ne sommes pas en guerre !
 Coronavirus, ou comment s’en débarrasser ?
 Accueil
 Présentation
 Cuisine et diététique chinoises
 Entretien avec Jerry Alan Johnson (Spécialiste Qigong)
 1 - Qigong de l’arbre
 2 - Qigong « Hommage aux étoiles »
 3 - Qigong des cent merveilles
 4 - Qigong du dragon rouge
 5 - Qigong du cavalier
 6 - Qigong de la paix intérieure
 7 - Massage des trois trésors
 8 - Qigong du Guerrier
 Les conseils du Pr. LEUNG KOK YUEN
 Les méthodes pour nourrir la vie
 Enseignement d’un sage indien
 Médecine, humanisme et tradition
 Virus et bactéries en partie responsables de l’obésité ?
 Polémique sur l’ulcère à l’estomac
 Position maternelle de l’accouchement
 Grippe aviaire
 Grippe et Tamiflu°
 MTC et chimiothérapie
 A propos du classement sur les maladies nosocomiales
 Les médicaments en 2005 : « Trop peu de progrès »
 Vaccins et autisme
 Contamination des vaccins
 Les dommages liés à la vaccination
 Informations contradictoires (grippe aviaire et grippe humaine)
 Grippe espagnole
 Proposition de Paul Lannoye
 Conflits d’intérêts
 Il n’y a pas une médecine, mais des médecines
 Accidents liés aux plantes chinoises
 Ecologie et approche causale des systèmes
 Syndrome de l’huile toxique
 1999-L’esprit des plantes
 1999-Dossier Monsanto (L’écologiste)
 2001-Faut-il tuer tous les microbes ?
 Dossier vaccinations
 Dossier santé publique
 Dossier cancer
 Dossier traitements
 Dossier amalgames dentaires
 Dossier Beljanski
 Dossier Médecines non conventionnelles
 Dossier justice
 Dossier médicaments
 Dossier Sida
 Dossier environnement
 Comment se procurer mes derniers livres

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  

retour au sommaire