ACCUEIL >>La médecine intégrative : un fourre-tout qui déprécie les alternatives médicales.
Sur le Web
La médecine intégrative : un fourre-tout qui déprécie les alternatives médicales.

mercredi 31 janvier 2018 , par Christian Portal , Patrick Shan

Voir en ligne : Ecole de formation en médecine chinoise traditionnelle - Le CEDRE

Depuis de nombreuses années, je dénonce cette idée absurde de médecine complémentaire. Actuellement, c’est le concept de médecine intégrative qui émerge mais qu’est-ce qu’il recouvre ?

L’idée d’une médecine complémentaire suppose deux prémisses :

  1. Tout d’abord, seule la médecine moderne détermine quelle pratique peut être complémentaire. Elle s’arroge ainsi, du fait de sa prééminence, le droit de dire si une pratique est digne d’être utilisée. Bien sûr, si cela devait être le cas, elle ne pourrait l’être que dans le contexte d’un complément ou dans un principe de sujétion d’une médecine mineure devant une médecine majeure. Il faut entendre ces termes en fonction de l’idée d’importance (+ et -) mais aussi de domination de l’adulte sur l’enfant. Ce qui montre toute l’arrogance qui s’attache au concept de médecine complémentaire.
  2. C’est ici qu’intervient une idée paradoxale ? En quoi une médecine qui se veut performante aurait-elle besoin d’une médecine mineure ? La médecine occidentale génère tellement d’effets secondaires qu’elle est incapable de soigner les petites maladies ni d’éviter les graves désordres que les traitements lourds occasionnent. C’est ainsi que ces médecines mineures, pourtant à même de faire ce qu’une médecine majeure s’avère incapable de réaliser, sont déclarées insuffisantes pour soigner des maladies sérieuses. Elles continuent d’avoir besoin de l’imprimatur d’un censeur médical. Ce point est d’autant plus choquant que c’est la très jeune médecine occidentale qui voudrait valider des pratiques plus anciennes et même la médecine chinoise pourtant infiniment plus ancienne et, dans le cas de la Chine, très largement majoritaire.

L’idée de médecine intégrative se veut plus respectueuse mais, malheureusement, les réflexes de pouvoirs sont toujours présents. Il ne saurait être question de lâcher une quelconque parcelle de domination ! C’est ainsi que l’on découvre un discours paternaliste fondé sur un consentement condescendant. Il ne s’agit de rien d’autre que d’un habillage auquel le monde technologique et financier nous a habitué. On retrouve cette méthode pour d’autres domaines quand il s’agit de faire oublier des pratiques chimiques décriées avec les termes d’« agriculture raisonnée » ou de « greenwashing ». Cette conférence de Patrick Shan montre avec beaucoup de subtilités le paradoxe de la médecine intégrative mais aussi, même si c’est sous-jacent, les impasses d’une telle démarche.

Conférence de Patrick Shan au congrès mondial de médecine intégrative de Guangzhou en Chine (décembre 2017).

Boutons pour partager l'information

Répondre à cet article

1 Message

  • Grand merci de nous avoir fait part de cette vidéo de Patrick Shan. Son langage est limpide et ce praticien transmet des données fondamentales. Je souligne sa réflexion très pertinente que les méthodes « scientifiques » actuelles ne sont vraiment pas appropriées pour détecter l’efficacité des autres médecines.
    C’est comme d’imposer un test d’écriture en français à un enfant chinois et décréter qu’il est illettré car il ne répond pas à la demande.

    Je pense que le concept de médecine complémentaire a sa place quand il s’agit d’une thérapie partielle, reconnue pour telle par ses praticiens eux-mêmes.
    J’aime le terme italien d’altre medicine qui parlent d’autres médecines, sans les cataloguer.
    Je distingue les médecines alternatives qui prennent en compte l’ensemble du patient et qui sont de vraies alternatives à la médecine officielle. Comme la médecine anthroposophique, la médecine traditionnelle chinoise ou l’homéopathie.
    Toutefois actuellement, bien des personnes les utilisent en complément, ne prenant en compte qu’une parcelle des moyens de ces médecines globales. Cela donne de la picothérapie (on met des aiguilles sur des points réputés( ou encore de l’allopathie avec des granules homéopathiques quand on les prescrit selon le principe du diagnostic morbide.

    Je perçois 2 catégories de médecine intégrative :
    L’une qui joint plusieurs prescriptions selon des critères de diagnostic allopathique, les additionnant à la fin d’une consultation.
    L’autre dont le thérapeute possède beaucoup de moyens thérapeutiques et axe sa démarche sur le geste adéquat au moment opportun.
    J’ai observé que la catégorie « médecine complémentaire » est aussi maintenue par ceux qui la pratiquent dans leur domaine bien délimité, se contentant de constater que le patient se sent mieux après la séance, mais sans réelle vision du processus intérieur de l’être humain.

    repondre message


En bref...
Du même auteur

Christian Portal
 Stratégies pour les médecines non conventionnelles
 Proposition d’article pour l’Ecologiste
 La médecine chimique n’a pas d’avenir
 Analyse critique du programme santé des Verts
 Après les journées d’été des Verts
 Fiches thématiques
 Quelles évaluations nous propose t’on ?
 Des enfants cobayes à New York
 Concept d’écomédecines
 Etat des recherches en MNC
 Médicaments ; effets indésirables
 Les mnc, alternatives ou complémentaires ?
 Les Verts ne soutiennent pas une démarche écologique en matière de santé
 Les impasses d’une médecine chimique
 Il serait surprenant que les OGM ne soit pas toxiques !
 Petite philosophie pour le loup et l’agneau
 Dossier SIDA
 Quand les homéopathes se rangent du côté du pouvoir
 ACECOMED, un collectif au service des médecines écologiques
 MÉDECINES NON CONVENTIONNELLES & MONDE POLITIQUE
 Le conseil départemental de l’ordre des médecins adopte une position novatrice et courageuse.
 Refondation de l’écologie politique
 Amaroli animal ?
 Autisme régressif
 Les médicaments dans les eaux : enfin une évaluation des risques
 Rejets de polluants émergents : les incertitudes
 Du Prozac dans l’environnement
 Toxicité du paracétamol dans les eaux usées
 Holodent, le site d’Estelle Vereeck
 Dites non aux OGM
 Dialogues en humanité
 Soutiens
 ACECOMED, qui sommes nous ?
 Manifeste pour une médecine écologique
 Le colloque du 28 octobre 2006
 Le comité directeur
 Sites amis santé
 Le prix Rodgers pour récompenser les médecins et chercheurs en médecin
 Associations membres du collectif
 Quiproquos sur ordonnance
 « La conquête de la santé » publié aux éditions Dangles du Dr Pierre Oudinot
 Ce qu’on nous cache sur les vaccins
 Médicaments dans l’eau : différents acteurs mobilisés
 La santé n’est pas une marchandise !
 Une surconsommation d’opioïdes sur ordonnance !
 La médecine sénégalaise
 Les risques du vaccin anti-grippe
 Intoxications au mercure, attention aux amalgames !
 Dispensaire Hahnemann
 Des médicaments dans l’eau du robinet
 Les pesticides, l’étau se resserre !
 Accidents médicamenteux : « Un arrêté qui fait mal »
 Rapport de l’OMS sur les médecines traditionnelles
 ACECOMED interrogé pour la phase finale du Grenelle
 ACECOMED et le Grenelle de l’environnement
 Une première émission sur la pollution par les médicaments sur Direct8
 Croyance et homéopathie
 Le Vioxx© ou l’exception française !
 Vaccin et désinformation !
 Cancer : espoirs et désinformation
 Rejoignez la résistance écologique !
 Interview de Claude Bourguignon
 Le Codex Alimentarius, quelles menaces ?
 Le psychotrope nouveau est arrivé !
 Censure scientifique
 Conférence de la fondation Denis Guichard
 Contact
 L’écologiste n°27 est paru
 Ne donnez pas au Téléthon !
 Mourir pour quelques boutons ?
 Menaces sur la Ferme de Sainte Marthe
 Le courage du comité d’éthique du Conseil Départemental de l’Ordre de la Côte d’Or
 Une heure pour la planète
 Attention, la colère gronde !
 La Terre Sinon Rien
 Programme des conférences de Christian Portal
 Reportage cosmétique bio : à la fortune du pot… de terre
 « Pour une médecine écologique »
 Sylvie Simon
 Patrick Lemoine
 Hervé Staub
 La santé à deux vitesses
 Sites amis bio et bien-être
 Programme de La Terre Sinon Rien
 Des enfants cobayes à New York
 Revue de presse
 CHIMIOTHÉRAPIE : Des taux de réussite autour de... 2,2 % !
 S’informer sur la vaccination contre la grippe A/H1N1
 Interview médecine écologique
 Yvette Parès
 La culpabilité et la peur, les deux outils de la contrainte
 Imposture médiatique
 Pourquoi parler de la lèpre ?
 Interview de Christian Portal au salon ZEN
 Vous l’avez aimé, partagez le !
 Ni Téléthon, ni Sidaction
 Articles d’Yvette Parès
 Grippe, florilège d’informations
 Pour une éducation physique non sportive
 Evidence based medecine ou bon-sens ?
 Solutions locales pour un désordre global
 Marie-Joséphine Grosjean
 Un nouveau réseau pour le collectif ACECOMED
 Pourquoi je ne soutiendrai plus le MDRGF
 Rejoignez le réseau ACECOMED
 Claire Séverac
 Décès d’Yvette Parès
 Initiative citoyenne
 Le Médiator®, une affaire exemplaire !
 Médecine et agriculture, une même dérive
 Comment dépasser l’analyse primaire sur le Mediator®
 Yvette Parès, une vie exemplaire !
 Affaire Gardénal, un triple déni !
 Pourquoi l’idée écologique avance-t-elle si lentement ?
 Vers un chaos médical ?
 3 minutes pour la santé
 Le journal Le Monde s’intéresse aux alternatives médicales.
 Fêtes des simples : 1 et 2 octobre
 Menace sur nos neurones
 Se soigner sans s’empoisonner, éditions Elie et Mado
 A quand les indignés de l’art médical ?
 Comment se procurer « Se soigner sans s’empoisonner »
 « Abus », un livre de Sylvie Renault
 Vers un mouvement mutualiste des valeurs écologistes
 La médecine par le petit bout de la lorgnette
 Disparition du Dr André Gernez
 Disparition de Sylvie Simon
 COMMUNIQUE DE PRESSE de la Confédération...
 Nouvelles stratégies de l’OMS pour les médecines traditionnelles 2014-2023
 Prochain évènements Automne 2016
 Images de cristallisations sensibles maison
 Le dernier livre de Claire Séverac
 Vaccins, des preuves ou des croyances !
 L’occident malade de sa médecine
 Entretien pour TV78
 Erreurs médicales : origine conjoncturelle ou structurelle ?

Patrick Shan

SPIP

Pour une médecine écologique

  Pluralisme thérapeutique  







Rejoignez le réseau ACECOMED
retour au sommaire